Signature d'un « protocole de solidarité » en Montérégie entre les Conseils régionaux FTQ du Suroît et de Richelieu

Le 29 novembre 2002, des représentants des Conseils régionaux du Suroît et de Richelieu se sont rencontré afin de se concerter pour planifier leurs programmes de formations et d’activités pour l’année 2003. En janvier 2003, les exécutifs des deux Conseils ont adopté le « Protocole de solidarité » qui suit. Ce protocole exprime clairement la volonté des deux Conseils de faire encore plus pour leurs affiliés. À la suite du Protocole, vous trouverez l’annonce des deux premiers cours offerts dans le cadre du programme de formations et d’activités du Conseil Régional FTQ du Suroît.

‘Protocole de solidarité’

Attendu que les conseils régionaux de la Montérégie ont pour objectif de rassembler les affiliés de la FTQ.

Attendu que ce rassemblement a pour but de les servir et de les mobiliser.

Attendu que ces services et ces mobilisations prennent souvent la forme d’activités spéciales tels que les colloques, formations, journées de réflexion, réseaux d’entraide, soutien aux luttes …

Attendu que la participation, la fréquence, la proximité et les coûts sont des facteurs à considérer pour évaluer la qualité de ces services.

Qu’il soit résolu que les conseils de la Montérégie se concertent pour planifier leurs activités annuelles.

Qu’il soit résolu que cette concertation soit orientée dans le sens de favoriser la qualité des services aux affiliés, en augmentant le plus possible l’éventail, la fréquence et le nombre d’activités.

Qu’il soit résolu que ces activités soient organisées en priorité, sur le territoire de chacun des conseils concernés.

Qu’il soit résolu que dans le cas ou cela s’avère impossible, tous les efforts soient faits pour jumeler les activités afin de mieux répondre à la demande.

Qu’il soit de plus résolu que les frais d’inscriptions des participants soient les mêmes, en autant qu’ils soient membres d’une section locale affiliée au conseil ayant adhéré à ce protocole.

Qu’il soit finalement résolu que les coûts inhérents à la tenue de ces activités soient partagés par les conseils selon le nombre de leurs participants respectifs.