Le congrès du Suroît : un avenir prometteur

Des délégués au travail

Pas moins de 35 délégués provenant des syndicats affiliés du SCEP, TCA, TUAC, SCFP, STTP, local 9, Métallos, etc, se sont donnés rendez-vous pour participer au 6ième congrès du Conseil régional FTQ du Suroît, samedi le 26 novembre dernier.

Le congrès est un moment important dans la vie de notre conseil. C’est l’occasion de faire le bilan de nos trois(3) dernières années d’activités mais aussi de fixer nos orientations pour les trois années à venir.

À l’ordre du jour, il a été question de la mise sur pied de notre réseau de délégué sociaux en Montérégie qui deviendra une réalité au cours des prochaines semaines. Nos délégués sociaux pourront compter sur une personne ressource pour les guider et les supporter dans leur travail.

Les délégués réunis en congrès ont également adopté à l’unanimité une résolution d’appui aux travailleurs et travailleuses du secteur public présentement en négociation avec le gouvernement Charest. Le congrès s’est engagé à soutenir les actions de mobilisation et de solidarité qui seront mises de l’avant dans le cadre de la présente négociation et susciter la participation de ses syndicats affiliés. Le congrès s’est également prononcé contre tout projet de loi qui pourrait être présenté par ce gouvernement pour imposer son cadre financier.

Par ailleurs, le plan d’action retenu par le congrès du Suroît s’inspire largement du thème du
dernier congrès de la FTQ « Notre rapport de force en action, présents sur tous les fronts »

Alors, voici en quelques lignes,
nos objectifs pour les trois prochaines années:

Ø Poursuivre et développer nos programmes de formation dans les domaines de la santé-sécurité, des délégués sociaux ou dans tout autre domaine complémentaire aux différentes formations des syndicats de nos sections locales affiliées.

Ø Tenir des assemblées générales, des soirées d’information ou des conférences sur la préparation à la retraite (programme Provision ou Virâge en association avec la Caisse d’Économie des travailleurs) ou encore pour répondre aux besoins de notre réseau de délégués sociaux (toxicomanie, harcèlement psychologique, jeu compulsif, etc.).

Ø Travailler à la syndicalisation par tous les moyens et promouvoir les valeurs du syndicalisme. La lutte des TUAC-FTQ chez Wal-Mart en est un bon exemple.

Ø Continuer d’intervenir de toutes les façons possibles et à tous les niveaux afin d’améliorer les lois du travail et de combattre les tentatives des gouvernements et du patronat de les faire reculer. Nous avons eu plusieurs mauvaises expériences avec le gouvernement libéral de Jean Charest et il faut que ça cesse. Dans la conjoncture économique actuelle, nous avons besoin de plus de protection. Parlons-en aux travailleurs et aux travailleuses de la Cleyn and Tinker. Les gouvernements provincial et fédéral doivent faire plus et non moins pour protéger nos droits.

Ø L’appui aux luttes sera un autre volet important de notre prochain mandat. Que ce soit lors du renouvellement d’une convention collective, qu’il s’agisse de mises à pied massives ou encore d’une fermeture d’usine, les travailleurs et travailleuses pourront compter sur la présence et le soutien du Conseil Régional FTQ du Suroît et de ses affiliés.

Ø Intervenir dans tous les domaines de la vie économique, sociale et politique afin d’influencer les décisions qui concernent les conditions de vie et de travail de nos membres et de l’ensemble de la population. Nous contribuerons ainsi au progrès de notre société. Que ce soit par le biais du FONDS de Solidarité de la FTQ, que ce soit dans les CLD ou encore lors de luttes pour l’équité salariale, pour une véritable réforme de l’assurance-emploi, pour la réalisation de l’autoroute 30…sans péage, nous devrons nous mettre à la tâche, unis dans une même volonté de changements progressistes.

Ø Continuer à participer activement à la coalition inter-syndicale COTON 46. Dans notre région, nous avons la chance de pouvoir travailler en inter-syndicale au sein de la coalition COTON 46, avec la Centrale des Syndicats du Québec (CSQ), la Confédération des Syndicats Nationaux (CSN), la Fédération des Infirmières et Infirmiers du Québec (FIIQ) et le Syndicat des Fonctionnaires Provinciaux du Québec (SFPQ). Nous pourrons ainsi mieux faire avancer les revendications de l’ensemble de notre mouvement. C’est ainsi que nous comptons bien participer aux activités entourant le 1er mai, la fête internationale des travailleurs, ainsi qu’aux activités, telles que le rallye automobile, qui permettront d ‘amasser 5 000 $ annuellement afin de permettre la réalisation de projets dans la région pour toute la population, comme la piste cyclable du Parc linéaire du Canal de Beauharnois.

Ø Continuer à recruter les sections locales de la région qui ne sont pas encore affiliées au CRTFQS. D’énormes progrès ont été faits depuis 2002 avec près de 2 000 nouveaux membres, mais il reste encore un bout de chemin à parcourir afin de regrouper toutes les sections locales des syndicats de la FTQ dans notre région.

Ø Enfin, notre priorité sera la sauvegarde de nos emplois. Il y un adage qui circule présentement à l’effet qu’avant que ça aille mieux dans notre région, ça va aller plus mal. Nous devrons travailler très fort pour faire mentir cet adage. Ce qui veut dire faire tout notre possible pour réduire les pertes d’emplois qui viendront avec les restructurations d’entreprises et les délocalisations qui nous pendent au bout du nez. Nous devrons renforcer l’utilisation de nos outils syndicaux, comme le Guide d’action pour l’emploi de la FTQ ou le FONDS de Solidarité, développer davantage nos alliances dans la communauté, faire plus de prévention dans nos milieux de travail et nous mettre en action dès les premiers signes. Enfin, nous serons appelés très rapidement à soutenir nos confrères et consœurs qui luttent pour sauvegarder leurs emplois chez Goodyear à Valleyfield et Alcan à Beauharnois.

Et comme on n’est jamais plus fort que ses racines, nos réussites seront assujetties à l’action de nos sections locales et des membres qu’elles représentent. Nous sommes des gens d’idées et d’actions et nous le prouverons de nouveau dans le prochain mandat de notre Conseil Régional FTQ du Suroît.

Le président de la FTQ, Henri Massé, à la fin de son discours lors du dernier congrès de la FTQ en 2004, nous laissait avec le message suivant :

« Si nous voulons continuer à exercer une influence sur le devenir du Québec, si nous voulons aller de l’avant avec le projet de société meilleure pour tous et toutes, des milieux de vie et de travail valorisants et enrichissants, nous devons avec obstination continuer à défendre et à bâtir un syndicalisme toujours plus vigoureux et présent. Nous sommes forts parce que nous sommes nombreux, nous sommes forts parce que nous sommes unis, nous serons forts parce que nous résisterons à toute attaque au droit à la syndicalisation, au droit à la libre négociation »