Congrès triennal du Conseil Régional FTQ du Suroît

Samedi le 18 avril 2009 à Salaberry-de-Valleyfield

Les travailleurs et travailleuses du textile de Huntingdon pendant la manif du 1er mai 2006.

Les travailleurs et travailleuses du textile de Huntingdon pendant la manif du 1er mai 2006.

Le Conseil Régional FTQ du Suroît tiendra son septième congrès triennal samedi le 18 avril 2009 dans ses nouveaux locaux du 3 rue Bay (coin Alexandre) à Salaberry-de-Valleyfield. L’inscription est à 8h30 et le congrès commence à 9h00 pour se terminer vers 15h00 avec un cocktail de l’amitié pendant lequel nous procéderons officiellement à l’inauguration de nos nouveaux locaux.
« Un Conseil à suivre »

La solidarité… à l’ordre du jour de notre congrès

Le congrès est un moment important dans la vie de notre conseil. Il va nous permettre, bien sur, de faire le bilan de nos trois(3) dernières années d’activités et de tirer les leçons de nos expériences passées. Mais, il va surtout nous permettre d’échanger entre nous et de mettre la table pour le travail à accomplir pour les trois prochaines années. À l’heure de la crise économique, il devient primordial de se serrer les coudes et d’adopter un plan d’action et de formation adapté aux nouvelles réalités de notre monde. L’insécurité et les inquiétudes sont grandes, mais ensemble et solidaires, nous parviendront à surmonter un à un les obstacles auxquels nous sommes confrontés. Nous méritons un monde meilleur et c’est en travaillant entre nous que nous y parviendrons. Voilà à quoi peut servir ce bel outil qu’est le Conseil Régional FTQ du Suroît. À nous de nous en servir pour faire avancer nos revendications et gagner nos luttes.

Pendant le congrès, nous aurons notamment, la chance de visionner une vidéo de René Lévesque tourné en 1965 intitulé : « Le vrai syndicalisme, pourquoi » durant un cours de formation syndicale qui sera suivi d’une discussion sur notre action politique. Parmi les autres sujets abordés lors du congrès, comment améliorer nos campagnes Centraide et comment renforcer notre réseau de délégués sociaux.

Notre congrès,
un petit effort pour l’avenir