Communiqué de presse sur la Centrale Thermique du Suroit

Communiqué de presse

Le Conseil Régional FTQ du Suroît et ses syndicats affiliés dénoncent la position du gouvernement libéral concernant la réalisation de la centrale thermique du Suroît.

Réunis en assemblée générale, les quelques trente délégués présents représentant les syndicats FTQ ( S.C.E.P., Métallos, T.C.A., T.U.A.C. », S.C.F.P., Local 9 etc ) de la région du Suroît ont adopté à l’unanimité une résolution pour exiger du gouvernement Charest l’abandon de ce projet.

Nous n’accepterons pas de faire les frais d’un gouvernement qui ne cesse de prendre des mesures rétrogrades qui vont à l’encontre de la population. « Nous n’avons jamais voté pour ça ». Le projet de centrale thermique du Suroît n’apparaît aucunement dans le
programme électoral du parti libéral et lorsqu’il était dans l’opposition, monsieur Charest s’opposait à sa réalisation. Il faudra bien un jour que ce gouvernement se rende à
l’évidence que ce projet ne peut trouver de justification en 2004.
Le projet de centrale thermique va à l’encontre des engagements de nos gouvernements québécois et canadien de respecter le protocole de Kyoto de réduction des émissions de gaz à effet de serre. À elle seule, la centrale du Suroît ajouterait 2.25 millions de tonnes de gaz à effet de serre sur le territoire québécois, soit l’équivalent de 600,000 voitures qui
parcouraient plus de 20,000 km par année, ce qui n’est aucunement acceptable si l’on considère les règles de développement durable.

De plus, il existe des alternatives à la production thermique plus avantageuses sur le plan économique, social et environnemental, notamment la production éolienne et un
programme d’efficacité énergétique. Pourquoi privilégier le gaz alors que de nombreux experts s’entendent pour dire que ce mode de production de l’électricité appartient à l’histoire passée? Serait-ce pour favoriser des amis provenant de Gaz Métropolitain?

Pire encore, la construction, la gestion et l’exploitation de la centrale thermique seraient sous la responsabilité de Général Électrique, ce qui pourrait annoncer la privatisation en douce de notre société d’État : Hydro-Québec. Nous n’accepterons jamais un tel
démantèlement. Si c’est de cette façon que ce gouvernement entend faire sa
ré ingénierie de l’État et bien, il va nous rencontrer sur son chemin. Il n’est pas question de mettre en cause les acquis de la nationalisation de l’électricité qui fait la fierté et la
richesse des Québécois.

Par ailleurs, il n’a jamais été démontré que la centrale thermique du Suroît est nécessaire pour assurer les besoins énergétiques des Québécois. Plusieurs observateurs soutiennent
que l’électricité produite par la centrale thermique du Suroît serait destinée à l’exportation vers les marchés américains, donc, non requise pour satisfaire nos besoins.

Le Conseil régional FTQ du Suroît entend solliciter l’implication de la FTQ et de ses syndicats affiliés dans le dossier pour exiger du gouvernement l’abandon de ce projet.

Nous nous engageons à faire les arrimages nécessaires avec le milieu afin d’influencer le débat dans le sens de nos préoccupations.

Enfin, nous entendons nous joindre au mouvement d’opposition et aux actions de mobilisation qui seront mises de l’avant pour contrer la réalisation de ce projet.

___________________________
Daniel Mallette
Président
Conseil Régional FTQ du Suroît