Après neuf jour de grève, grande victoire pour les syndiqués de Montupet, membre du local 750 des TCA

Le 30 août dernier, 78.7 % des travailleurs de Montupet ont entériné le renouvellement de leur contrat de travail. Ils ont accordé un appui inconditionnel à leur comité de négociation et pour en arriver à cette entente ils ont dû faire preuve d’une belle solidarité.

L’employeur refusait de s’asseoir pour négocier de bonne foi. Il tenait mordicus à imposer de nombreux reculs, tels que l’imposition d’un « menu à la carte » pour les assurances et les bénéfices marginaux, il voulait beaucoup plus de mobilité de la main d’œuvre pour baisser ses coûts de production, exigeait des coupures dans l’assurance salaire, il tenait à s’ingérer dans la représentation syndicale, il offrait des augmentations de salaires ridicules etc.

Avec un vote de grève de 93 % en poche, jeudi le 22 août, et de manière très discipliné, les travailleurs ont dressé le piquet de grève devant l’usine. Le « timing » était bon, car la grève n’a duré que 9 jours et le syndicat a obtenu d’importants gains : augmentation de 3 % par année pour 3 ans ( autour de .50 $/heure), des gains au niveau normatif tel que l’ancienneté stricte d’usine sur les affichages de postes, des améliorations au fond de retraite, une meilleure représentation syndicale, une meilleure procédure de mises à pieds, une rétroactivité de $500 etc.

René Petitclerc, président du syndicat, avait bien raison d’affirmer aux médias que « Nous sommes contents du contrat de travail que nous venons de signer ».

La belle cohésion des membres du syndicat ont encore une fois démontré que « la solidarité est payante ». Lors de notre assemblée générale du 9 octobre 2002, à 19 hres. un membre du comité de négo fera le point sur cette importante victoire syndicale.

Daniel Mallette
Président

Un Conseil à suivre